L’enluminure: une technique artistique aux origines menacées

L’enluminure: une technique artistique aux origines menacées

L’enluminure: une technique artistique aux origines menacées

L’enluminure: une technique artistique aux origines menacées

L’enluminure est un dessin, une illustration, un art de couleur à part entière fait à la main, représentant un texte manuscrit qui illumine  les capacités des artistes du moyen âge. Dans le temps, les manuscrits enluminés concernent notamment les bibles, les missels, etc.

lenluminure.jpg

En résumé, les textes représentent en général des événements bibliques ou des vies de saints qui sont réalisés dans des monastères par des moines, des clercs qui sont alors appelés enlumineurs. Techniquement, une enluminure se réalise en trois étapes dont l’esquisse, le mélange des pigments de couleur et le coloriage par couche.

Encre et supports utilisés pour l’enluminure

Le copiste ou scriptor, qui est un moine en général, écrit son texte sur le parchemin fabriqué avec de la peau de chèvre ou de mouton. Par la suite, l’artiste ou le pictor dessine les enluminures dans les espaces que le scriptor a laissés libre pour cet effet. Pour écrire, ils utilisent de la plume d’oie taillée avec adresse. Comme support de texte, le papyrus est parfois utilisé, mais il est plus fragile et gobe plus d’encre comparé au parchemin. Comme parchemin de qualité, il y a le support nommé vélin fait de peau d’animaux mort-nés, mais c’est très rare et très cher. Concernant la fabrication des couleurs rouge, noir, bleu, rouge vif et orangé, rouge orangé mat, vert et jaune, les artistes médiévaux ont utilisé de minum, de dissolution du noir de fumée, du vitrol, de la gomme arabique, de l’oxyde de cobalt, de poudre de lapis-lazuli, de carbonate de cuivre, de sulfure de mercure, de l’orpiment, du réalgar, des sulfures d’arsenic, d’argile, d’or pur ou de safran.

des-sulfures-darsenic.jpg

Ces produits de base nécessaires pour les différentes couleurs sont composés avec des liants et des colles pour les adhérer sur le parchemin. Les matières utilisées sont  les colles de poissons ou le blanc d’œuf, de la résine, de gommes. Il arrive que l’artiste, l’enlumineur  travaille ton sur ton  au cas où les couleurs se mélangent mal ou ne se mélangent pas du tout.

Un savoir-faire breton

L’inventaire du patrimoine culturel immatériel en France a enregistré le savoir-faire en enluminure  pour le compte de la région bretonne. Un projet de réédition des manuscrits enluminés qui sont conservés dans les archives de la Maison Diocésaine en Bretagne est initié par l’Abbé Raymond Letertre. Son idée est de remettre aux Bretons ce qui leur revient. En fait, l’enluminure est effectivement un savoir-faire breton, le conseil régional breton a le droit de jouir avec la population un tel projet.